Byron Bay, la mecque du surf

 

Byron Bay est l’un des endroits les plus cools en Australie pour le surf. Cette ville est connue pour sa vague mythique, the Pass, et pour son ambiance hippie si particulière qui fait d’elle une destination incontournable de la côte Est australienne. Petit retour sur cette étape pas comme les autres

 

 

Lors de mon trip sur la côte est, je voulais absolument m’arrêter à Byron Bay. J’avais tellement entendu parler de cette ville que je me devais d’y passer quelques jours. Je réserve donc une auberge de jeunesse pour 4 jours, une durée qui me paraît suffisante, et me voici !

 

Dès mon arrivée le samedi soir, plusieurs choses m’interpellent : on se croirait dans les années 60 ! Devant les banques, plusieurs groupes de hippies se regroupent et jouent de la musique (avec plus ou moins de talent…). Certains sont seuls, à deux ou trois, et d’autres sont carrément en colonie, avec chiens, danseurs et danseuses et autres junkies allongés par terre sur des draps de fortune. Déjà on est dans l’ambiance !

 

Arrivé à l’auberge, je croise des potes hollandais que j’avais rencontrés au surf camp (cf le surf camp en Australie). Ceux-ci m’invitent à sortir avec eux, ce que j’accepte bien volontiers. Mais là, c’est un peu la déception. On va au Cheeky monkeys tout d’abord. Le monde est là, mais le côté animateur de soirée et gens qui montent sur scène pour faire des strip teases sur une musique limite nous tentent moyen. Du coup on va au Cocomangas, et là c’est encore pire…je termine ma boisson gratuite (merci le voucher de l’auberge) et je me barre discreto…

 

Le lendemain, direction la plage, à 50 mètres de l’auberge !  Il y a un petit 80cm, 1 mètre sur les séries, glassy. Le seul problème, c’est les bancs de sable. Les vagues pètent en barre, impossible d’y échapper…au bout d’une heure et demie donc je lâche l’affaire et décide de rentrer à l’hostel. L’après-midi la marée est plein bas, ce qui n’arrange pas les choses…j’en profite pour me balader en ville du coup et aller voir the Pass, qui se trouve à environ 20 minutes à pied du centre-ville, à l’extrémité de la baie. La vague est juste magnifique. Elle déroule sur des centaines de mètres, et on peut facilement se faire une ride de 30 secondes voir une minute pour ceux qui attrapent toutes les sections. Par contre celle-ci est assez molle et je comprends rapidement que pour la surfer et l’apprécier, il vaut mieux avoir un longboard. D’ailleurs les surfeurs à l’eau ont pratiquement tous des longboards, ou au pire des fishs et des singles fin bien rétros. Les seuls en shortboards se battent pour attraper une vague et ne passent jamais la première section.

 

 

 

Le niveau à l’eau est très hétéroclite. Il y a du débutant qui pêchent pendant deux heures aux mecs ultra stylés et fluides qui chopent toutes les bombes et les surfent avec classe. Si vous n’avez jamais vu de bons longboarders avant, vous allez comprendre ce que c’est ! En tout cas ce qui est sûr, c’est que le spot est blindé et qu’il va falloir se battre pour avoir une vague.

 

Le soir, je passe récupérer un copain néerlandais qui arrive en ville, et direction le Beach Hotel. L’ambiance est là, bonne musique, des filles, des gens cools, bref une super soirée ! Le dimanche c’est là-bas que ça se passe ! Au passage je croise des argentines que j’ai rencontrées à Melbourne une semaine avant, et je leur propose de leur apprendre à surfer le jour suivant.

 

Le lundi, la houle a diminué, à mon grand regret, mais les conditions sont parfaites pour apprendre aux filles à surfer… J’ai loué un longboard pour l’occasion, et aussi pour surfer the Pass plus tard 😉 30$ pour 24 heures, cela me parait plus que correct. Le matin donc,  c’est cours de surf pour les filles, avec le soleil et dans une super ambiance 🙂 Pour nous remercier avec Bart, mon compère néerlandais, les filles nous offrent le pic nic, bières incluses !

 

 

En fin d’après-midi, il est temps pour moi de tester the Pass. Rapidement, je chope une vague, moyenne, mais suffisante pour se mettre dans le bain et surtout en confiance pour la bagarre ! Je chope quelques vagues, pas les meilleures mais assez pour s’éclater !

 

La nuit commence à tomber et je décide de me mettre au pic. Après environ 10-15 minutes d’attente, je chope une bombe qui m’emmènera jusqu’au bord. J’en ai eu assez pour la journée 🙂

 

Le lendemain matin, je retourne à the Pass. La houle a encore baissé et la marée est plein haut, ce qui n’aide pas beaucoup. Le dilemme classique : trop de surfeurs, pas assez de vagues… Je prends 2-3 vagues et me décide à rentrer. Mention spéciale pour la mamie qui déchirait le spot en longboard, et chopait toutes les bombes au pic. Au retour, deuxième leçon pour les argentines. La marée haute aura au moins le mérite de leur fournir des vagues parfaites pour ce deuxième cours. Au final encore une fois, beaucoup de fun, avec le soleil et une eau à 24°.

 

L’après-midi, on décide d’aller voir le phare de Byron Bay, la célèbre Lighthouse, en passant par Watego Beach. On peut y avoir des baleines migrer pendant la saison (septembre octobre), et régulièrement y apercevoir des dauphins.

 

 

Au passage, on rencontre le team Billabong, composé de Mr David Rastovich, Jack Freestone et Creed Mc Taggart, qui se prépare à tourner un spot de pub pour la nouvelle collection de maillots.

 

 

Au retour, petit détour par la « jungle »,  puis j’aperçois de l’autre côté de la baie, la plage de Tallow Beach, qui a l’air de bien marcher. Malheureusement je n’ai pas eu le temps de la tester, mais des amis m’ont confirmé que le spot assurait.

 

Le mardi soir on tente le Woody’s. L’endroit est pas mal, la musique ok, puis au bout d’un moment, c’est l’arrivée des allemands de 18 ans ! Bon là, c’est back to roots : les mecs gueulent comme des putois pour rien, avec en prime les fameux « ouuuuaaaaaaiiiiiiiiiiii » et « woooooooooooooo » à tout va. Il y a des chopes bien dégueu, des relous qui poussent à tout va. Bref la soirée a vacillé, il est temps de rentrer.

 

Le départ est pour le lendemain matin, avec en ligne de mire Coolangatta ! La suite dans le prochain épisode.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *