Surf en Nouvelle Zélande. Episode 1: Piha, le spot d’Auckland

 

Après l’Australie, me voici en Nouvelle Zélande ! Le pays, divisé en 2 îles principales, dispose d’une quantité de spots World Class. Pour commencer le surf en Nouvelle Zélande, je suis allé voir Piha, à l’ouest d’Auckland.

surf nouvelle zélande

 

3 jours après mon arrivée à Auckland, Thomas, mon pote de Marseille et bodyboarder réunionnais, me propose d’aller à Piha, le spot le plus proche d’Auckland, et l’un des plus réputés pour le surf en Nouvelle Zélande.

 

Au bout d’une heure de route (seulement 40km mais des feux de partout et des routes sinueuses…), on arrive à Piha. On choisit South Piha, à gauche du Lion’s rock, ce rocher géant, emblème de Piha, et d’où on a une sacrée vue (que je n’ai pas encore vu d’ailleurs !).

 

 

On se met à l’eau par le channel sur la gauche, qui nous tire au large en 2 secondes. Bon, déjà ce qui calme, c’est la température de l’eau ! 16° en fin novembre, c’est-à-dire quasiment en été, on m’avait dit que le surf en Nouvelle Zélande c’était froid, mais je ne pensais pas à ce point ! Un courant de malade nous oblige à ramer en permanence vers le sud, sous peine de terminer de l’autre côté de la baie. De belles gauches rapides déroulent, assez vite quand même. Après une heure et demie de surf musclé, on décide de rentrer à Auckland, ça ira pour aujourd’hui.

 

Retour 2 semaines plus tard, au sunset, dans un joli mètre, mètre 20, plan d’eau glassy, marée basse, encore à South Piha. Et là encore des belles gauches qui passent, mais qui ferment pas mal aussi ! L’eau se réchauffe doucement mais surement, et malgré le monde à l’eau, on s’amuse bien, et on reste jusqu’au crépuscule.

 

 

Quelques jours avant Noël, les cartes s’affolent et une houle d’un mètre,  un mètre cinquante est annoncée pour les prochains jours, avec un vent offshore/crossshore. Le panard !

 

On trouve un banc de sable un peu plus au nord, à Mid beach, calé comme pas permis à marée haute ! Une droite incroyable déroule jusqu’au bord, offrant tout à tour section rapide, puis molle, voire quelques tubes ! Mais bien sûr, un beau banc de sable, ça attire du monde ! Et là, c’est 50 au large en moyenne, avec des locaux qui fracassent le spot, jeunes, vieux, filles, garçons, il faut se battre pour en avoir une, mais quand on est dessus, c’est un régal mes aïeux ! Cela faisait un an et demi que je n’avais pas surfé une vague pareille, même en Australie. Le surf en Nouvelle Zélande a du bon pour le moment !

 

Pour rallonger le plaisir, je décide de me lancer sur la gauche, délaissée car assez molle et plus irrégulière. En même temps, vu mon surf backside, ça sera parfait pour moi !

 

 

Le temps est en général parfait pour le surf, du soleil, mais pas trop chaud, car lorsque le soleil tape ici, ça plaisante pas…Déjà au niveau des coups de soleil, c’est pire qu’en Australie, et comme ce sont des plages de sable noire (ile volcanique), dès que ça chauffe un peu, on se brûle les pieds, d’où la nécessité de prendre ses tongs avec soi !

 

 

 

Du coup, nos vacances tombant à pic, on enchaine les journées surf, pic nic sur la plage, à trois (moi, Thomas et Paul), ou avec les filles (coloc, amis des colocs, couch surfers…). Bref, une houle et un beau temps qui arrive au moment opportun !

 

Il y a également plein de spots beaucoup plus sauvages autour, où les accès à la plage sont beaucoup plus roots. On va aller étudier ça avec Thomas, notamment Karekare. On a testé Muriwai plus au nord aussi un jour. Le cadre est magnifique, avec des falaises où viennent se reproduire des gannets, les mouettes locales. Malheureusement pour nous ce jour-là la houle est trop petite et le vent onshore…A réessayer plus tard.

 

En attendant on continue à surfer Piha tant que les conditions restent comme cela, avec le souhait également de bouger plus tard dans les northland, ou dans le sud vers Raglan et New Plymouth, tâter un peu du reef break et des point breaks, car Tom s’ennuie des beach breaks !

 

A voir donc j’espère très bientôt… 🙂