L’odyssée du débutant

November 14, 2012 2 By Christophe Deneulin

Le surf devient un sport de plus en plus populaire, c’est un fait. Les écoles de surf fleurissent sur toute la côte atlantique et tous les étés on observe un nombre croissant de vacanciers prenant des cours de surf, au grand plaisir des surfeurs plus expérimentés…

C’est comme ça, cette sensation unique de glisse fait envie et le surf apparaît dans les médias, grâce au film Brice de Nice, et à la popularisation des marques de surf et du lifestyle qu’elles véhiculent, via les vidéos et les compétitions.

Cependant, peu d’entre eux continueront après ce fameux stage de 5 jours. Les plus téméraires, ceux qui ont vraiment adoré cette sensation, décideront de s’accrocher et de continuer. C’est là que l’odyssée commence.

 

 

 

En effet, le surf est le sport ingrat par excellence. Il faut beaucoup de temps pour apprendre à se lever correctement, prendre une vague de côté, et passer la barre avec ces grandes planches. On a mal au dos rapidement et on a une rame aussi efficace qu’un joueur de triangle ouzbek.

Pour ajouter à cela, au départ vous aurez à porter les plus grandes planches et les plus lourdes, stabilité oblige, et du coup, les moins stylées…Avec un peu de chance une bonne vieille NSP 7.6 bien dégueulasse pour bien montrer votre niveau (de « blaireau » pour les core surfeurs)  et arriver à la plage crevé !

 

 

Sans oublier le plus dur : comprendre comment arrive les vagues et se placer au bon endroit au bon moment.  A part certaines personnes ayant des facilités, on ne sait jamais où se placer lorsque l’on est débutant. On va trop haut, trop bas, trop à gauche, trop à droite…et on se ramasse toujours la série sur la gueule, sans en prendre une.

Pire : on gêne les autres « bons » surfeurs car on est en plein milieu de « leur » vague, et on manque de se faire engueuler. On sent le regard dédaigneux des bons surfeurs au large qui vous fait bien comprendre que vous êtes un débutant et que vous êtes en bas de l’échelle des surfeurs.

 

 

Et si par chance, vous êtes au bon endroit au bon moment, que votre rame est au top et qu’il ne vous reste plus qu’à se lever et partir, vous entendrez le fameux « hop hop hop ! », ou « hey » ou encore « ouep », qui provient du surfeur placé plus près du pic de déferlement, et qui vous fait comprendre qu’il ne faut pas se lever sur cette vague car il a la priorité…

Ce fameux « hop hop hop »…Il nous a pourri la vie pendant des années ! Du coup, quand on sort de l’eau, au mieux on a pris une bonne vague, au pire, on a les épaules en morceau, on a pas touché une vague et on est frustré. Alors quand on nous demande « c’était bien la session ? » on répond toujours l’air de rien, en cachant sa frustration, « c’était pas mal, un peu de monde… »

 

Et lorsque enfin, après des semaines, des mois (voire des années pour certains) de travail et d’accumulation de frustration, votre niveau s’améliorer, vous arrivez peut être à être mieux placé que les autres et à caler votre premier « ouep » ou « hop hop ». Et là, c’est l’extase. Vous vous dites que vous avez  passé un palier et que cette fois ce n’est plus vous qui resterait sur l’épaule à attendre les vagues dont personne ne veut ! Du coup vous allez au pic et vous réitérez ce cycle magique, en dédaignant les débutants et en n’oubliant pas de leur gueuler dessus lorsqu’ils vous gênent. Ca y est, vous êtes un « bon » surfeur 🙂

 

Sur ce, à l’entrainement et bon surf à tous !