Que faire lorsqu’on est loin de l’océan ?

Et oui, tout le monde n’habite pas près de l’océan et n’a pas la chance de surfer quand il le souhaite. Beaucoup de surfeurs habitent dans les terres et doivent se contenter de sessions lors de vacances ou de week end express où on doit rentabiliser à tout prix son trip, en enchaînant les sessions. Petits conseils pour patienter sans rager.

 

 

Aussi étonnant qu’on puisse l’imaginer, la plus grande communauté de surfeurs en France se trouve à…Paris ! Et oui, la capitale compte le plus grand nombre de surfeurs et nombre d’entre eux tentent d’échapper à la grisaille parisienne le temps d’un week end pour aller en Normandie ou en Bretagne. Mais c’est aussi le cas de la majorité des surfeurs, qui ne vivent pas dans les Landes ou le Pays Basque, et qui, même s’ils ont un accès à la mer, n’ont pas forcément la même fréquence et qualité de vagues (j’en sais quelque chose…).

Donc que fait-on lorsqu’on ne peut pas aller à l’eau autant souvent qu’on le souhaite ? Les solutions sont multiples pour patienter. Evidemment on pense tout de suite autres sports de glisse, et notamment au skateboard. La popularisation ces dernières années des longboards et le retour des cruisers permet de skater avec un style moins agressif, où on cherche avant tout à carver et envoyer de belles courbes. Et le plaisir est là, avec un danger mineur par rapport au skate « street ».

 

Pour ceux qui privilégient le skateboard plus traditionnel, un tour à la rampe de votre quartier pourra vous apporter de bonnes sensations, et au passage vous faire travailler les muscles des jambes ! C’est également un excellent complément au surf en période de flat.

 

Un cousin du skate aussi, et que j’aimerai vraiment essayer, est le freebord. Cette planche de skate, qui contient deux roues centrales supplémentaires qui tournent sur elles-mêmes, permet de retrouver des sensations du snowboard, avec des possibilités de carve immense et de freinage d’urgence. Mais apparemment c’est un peu casse-gueule…

 


Freebord : Urban Plagne par freebordeurope

Pendant l’hiver, le snowboard prendra le relais. Alors là par contre, pour retrouver des sensations similaires au surf, il faudra envoyer dans la poudreuse ! Une bonne session freeride saura vous faire patienter quelques semaines de plus. Pour info, c’est ce qui m’a fait tenir durant mon séjour en Autriche. Mais une mauvaise saison ou un portefeuille en berne pourront tout gâcher…

Il y a aussi l’Indo board, qui permet de travailler son équilibre, notamment pour le tube riding, avec différents modèles pour chaque niveau, et qui est d’ailleurs utilisé par de nombreux surfeurs compétiteurs. Mais bon, pour ma part je ne privilégierai pas ça, car on est moins proche des éléments…

 

 

Pour l’été, pour ceux qui habitent près d’un lac (ou en Med…), le wake surf, sorte de wake board sans fixations et qu’on utilise en surfant la vague statique créée par le bateau, est un élément incroyable ! Seul inconvénient : son prix, le coût du bateau et de l’essence en calmeront plus d’un (à moins d’avoir un bateau à disposition).

Et puis bien sûr, il y a cette solution dont on rêve tous : les piscines à vague ! Les différents projets dont le Wavegarden dans le Pays Basque, qui pourra s’exporter sous forme de licence (pour la modique somme de 1 million d’euro je crois), ou le projet de Kelly Slater (avec derrière l’idée d’intégrer le surf aux JO), nous fait rêver, surtout pour ceux habitant loin de la mer. Les dernières images de la piscine à vague de Dubai laisse rêveur, mais le prix reste encore prohibitif et les structures sont rares. Selon moi, connaissant la nature humain, on pourra observer dans les années à venir un localisme dans les piscines à vagues :).

 

Et puis pour les Water Man, il y a les autres types de glisse liés à la mer : planche à voile, kite surf, SUP ou juste nage en piscine…sur l’océan, la mer ou lac, ces sports permettent de patienter, et de savoir profiter de toutes les conditions ! Il n’y a qu’à voir le niveau de Kai Lenny dans chacun de ces sports pour se rendre compte de la complémentarité de chacun entre eux (sens marin, lecture du vent, travail musculaire de différentes parties du corps…). Bon j’avoue, le mec vient d’Hawaii aussi, ce qui facilite un peu les choses. Là encore faudra sortir le budget pour s’équiper dans chacun des sports ! Mais comme on dit, quand on aime on ne compte pas 😉

 

 

Et puis pour ceux qui veulent surfer, tout simplement, il reste la solution du surf trip ! Ici on privilégie la qualité à la quantité, en privilégiant des destinations paradisiaques : Bali, Maldives, Costa Rica…Ou Maroc, Portugal, pour les budgets plus serrés. Là par contre ça concernera seulement ceux qui ont un job avec possibilité de mettre un peu de côté et la possibilité de poser des vacances quand ils le souhaitent. Le risque par contre, s’est de ne plus pouvoir surfer les vagues médiocres que l’on a près de chez nous, ou de ne plus supporter les sessions en eau froide, mes amis vendéens de retour de trip ne me feront pas dire le contraire je pense 😉

 

Voilà donc quelques idées pour vous faire patienter un peu ! En espérant que ces conseils vous auront donné quelques idées. Et si vous avez d’autres propositions, partagez les dans les commentaires !

4 Comments
  1. Il y a le Slackline pour travailler son équilibre aussi !
    Bon, je j’ai pas ce problème d’hiver mais ce n’est pas tous les hours où il y a de la vague

    • yes, j’avoue je devrai essayer la slackline, ca cartonne en Suisse, Autriche, et Allemagne, ca doit être un bon exercice !

  2. J’ai testé le freebord et je dois t’admettre que j ai bien trippé !!! Les sensations sont très proches de celles du snow mais je préfère les chutes sur l’or blanc de nos alpes !!
    Bises vieux ton site n’est pas mal du tout!
    À très vite ! Enjoy !

    • Merci mon poulet ! je voulais essayer le freebord aussi mais pas eu l’occase, bientot j’espere ! Sinon la même, rien ne vaut une bonne session dans la peuf 🙂 biz mon poulet.

      PS: je bosse pour l’été à horticole :p

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *