Surf camp en Australie: le test

 

Etant en Australie depuis quelques mois, j’ai décidé de me faire un trip sur la côte Est. Au passage, j’ai opté pour faire un stop pendant quelques jours dans un surf camp en Australie, le plus connu, Mojo Surf camp. Résumé et impressions à chaud !

 

surf camp en australie

 

 

Après plusieurs mois à Sydney, quelque peu déçu par la qualité des spots et du surf en général, je me décide à organiser ce que je rêve de faire depuis que je suis arrivé : un trip sur la côte est ! Au passage j’en profite pour essayer un surf camp en Australie, dans une destination assez incroyable !

Voyageant seul, j’ai réservé toutes les activités à l’avance avec une agence de voyage : Fraser Island, Byron Bay, les Whitsundays…(ceux qui l’ont fait sauront probablement de quoi je parle !) et le fameux bus qui longe la côte, le Greyhound, et c’est parti !

Au passage, je décide de m’arrêter 4 jours dans le surf camp le plus connu d’Australie, Mojo Surf Camp, et plus précisément dans leur camp nommé Spot X, à environ 2 heures de Byron Bay. Comme dirait si bien mon pote Jérémie, c’est un truc de jambon, mais ayant travaillé pour un surf camp dans le sud-ouest de la France, j’ai envie de voir ce que ça donne ici. Pour 4 jours, il faut compter environ 450$, logement, nourriture, matériel, et leçons comprises.

 

Bon déjà la première surprise dans le bus, il ne faut pas oublier qu’on est en Australie et que les mecs se font de l’argent sur tout. Ils te proposent d’emblée les extras : photos, activités en plus, hoodie…Et surtout le mega pack toutinclusdelamortquitue pour seulement 99$, mais seulement si tu paies dans le bus, arrivé au camp ça grimpe à 150$ ! Mais pas de pression bien sûr, enfin qu’on te dit…

Arrivé là-bas je me rends compte que je suis le seul qui fait du surf. Certains ont déjà essayé une fois ou deux mais pas plus. Bref aucun problème à ce niveau, les profs m’annoncent que je ferai mieux d’aller surfer avec eux tôt le matin avant les cours, et qu’ils me coacheront si besoin.

L’ambiance au camp est bon enfant : on va tous acheter de l’alcool le premier soir, et on envoie une soirée histoire de faire connaissance ! Une grande partie des gens sont norvégiens (norvégiennes surtout) ! Après quelques verres de goon, les langues se délient, on rigole, on danse un peu, et vers minuit max tout le monde est au lit.

Le lendemain, les vagues ont l’air pas très joli. Il y a un mètre 20 environ, avec un vent onshore. Mais arrivé au large, ça envoie carrément ! Les vagues déroulent, surtout en droite, et je m’éclate ! Je suis le seul à l’eau : le spot est réservé aux pensionnaires du camp et comme il n’y a que des débutants au bord, je suis peinard ! Après 4 mois à Manly à se bagarrer pour avoir une vague médiocre, ça fait un bien fou ! L’après-midi on remet ça, des droites magnifiques passent dans tous les sens, je suis comme un dingue ! Résultat au bout de la première journée : 4 heures de surf au top et grosse surprise !

 

 

Bon le seul point négatif c’est qu’ils ne filent pas de bouffe ou de fruits entre le déjeuner et le repas, du coup après la session de l’après-midi ça fout mal.

 

Niveau météo, on n’a pas été gâté ! Pluie torrentielle toute la nuit, ce qui n’empêche pas le responsable de l’animation de mettre le feu le soir, et je dois avouer je me suis bien marré ! Le lendemain matin, la pluie bat toujours aussi fort, jusqu’en milieu d’après-midi. Mais heureusement encore une fois, les vagues sont au top ! Du coup je suis le seul qui a la banane dans le camp 🙂 Les profs au passage me donnent quelques conseils bien utiles, tout ça dans une ambiance chaleureuse encore une fois. L’après-midi ça grossit, et on se prend un bon metre 50. Ça ferme un peu mais je prends quelques belles droites. Les cours sont annulés car trop de courant et les locaux arrivent. On surfe dans une bonne ambiance, et tout le monde sourit ! De retour au camp les mecs organisent un pentaglisse géant pour ceux qui occuper ceux qui ont pas pu faire le cours. J’en profite pour me joindre à eux et faire quelques belles roulades !

 

Le lendemain, dernières sessions avant de reprendre le bus. La houle a baissé mais il y a encore quelques vagues à prendre. Et là, surprise, des tortues qui sortent leur tête hors de l’eau tout autour de moi de temps à autre ! Le cadre est idyllique, l’eau est chaude, bref je n’ai plus envie de partir !

 

Les mecs m’annoncent que si je veux, je peux rester dans le camp et avoir le logement et la bouffe gratuite en échange de 4 heures de boulot par jour. Malheureusement je dois continuer mon trip vers le nord, mais je garde la proposition en tête et j’y reviendrai probablement une prochaine !

4 Comments
  1. Tu as bien résumé! Je suis restée 4 mois labas à bosser dans le cadre de leur programme. grâce à ton article je revis ses excellents moments à Spot X. On s’est surement croisé j’étais la seule française dans le Staff!

    • haha je crois voir qui tu es, je me souviens d’une fille du staff qui avait un accent français 🙂 4 mois ? apparemment tu as vraiment kiffé pour rester aussi longtemps !

  2. Salut, superbes tes articles ça fait rêver.
    Au début de l’article, tu dis que tu voyages seul et que tu as tout réserver avec une agence de voyage. C’est laquelle ? J’aimerai avoir des infos.
    Au plaisir de te lire,
    Cheers,

    • Salut Jérémy

      Merci pour le commentaire 🙂 si je me souviens bien c’était backpackers world travel. Dis moi si t’as besoin d’offres infos !

      A plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *